Minimal Masses ou Masses minimales [première partie]

Sur un projet de Inna Maaimura [plasticien]


Quelques ingrédients en guise de sentier conceptuel :


Le minimalisme aujourd’hui ; son actualité et/ou sa non-actualité. En quoi et pourquoi est-il [encore] un phénomène esthétique contemporain ?

En quoi semble-t-il être un acte de puissance créative dans l’architecture et l’art contemporain ?

La masse en négatif ou en positif [cf. la contradiction contenu dans le titre du projet]

Le volume comme sculpture ou masse sonore



Un enjeu artistique et politique :


Une tentative de rapprochement de 2 vallées : celle de la Vézère en France [haut-lieu de préhistoire], à la vallée du Coâ au Portugal [plus grand espace d’art pariétal à ciel ouvert d’Europe]



A l’origine, un objet clé :


Le Museu do Coâ, musée à vocation d’étude, de sauvegarde et de présentation des œuvres pariétales de la vallée du Coâ mais également de lieu servant à rapprocher art préhistorique et art contemporain.

Un bâtiment à l’architecture radicalement minimale. [Architectes : C. Rebelo et T. Pimentel]

Edition de Juin 2012 / St-Avit de Vialard / Exposition collective /


En compagnie de :

Inna Maaimura [plasticien], Serge Cahain [plasticien], Jean-Pierre Valette [plasticien],

Maurice Moncozet [musicien], Michel Haze [musicien] & Szit Kômpö [plasticien]